Non remplacement de la CPE au collège Henri Lefeuvre d'Arnage

Décidément, le collège Henri Lefeuvre d'Arnage n'aura pas été épargné cette année scolaire par la politique de non remplacement d'un fonctionnaire sur deux du tandem Sarkozy-Fillon.

Après le remplacement, au bout de trois semaines, d'un collègue de français, après le remplacement prévu d'une collègue d'anglais pour congé maternité, par une contractuelle qui n'avait jamais vu d'élèves avant sa prise de fonction, après un nouveau remplacement du collègue de français par une vacataire sans expérience et sans formation, le collège se trouve sans CPE depuis 4 semaines.

L'établissement n'a plus de principal adjoint depuis 3 ans. Le climat général se dégrade de jours en jours : incivilités, absentéismes et retards se multiplient. Malgré tous leurs efforts, les surveillants sont débordés et ont de plus de plus de difficultés à gérer la situation.

Le vivier de remplaçants étant "tari", le rectorat a fait appel à Pôle emploi pour embaucher un contractuel. Une seule personne s'est présentée pour revendiquer le poste. Expérience : aucune, ni comme surveillant ni bien sûr comme CPE. Le chef d'établissement, à juste titre, a refusé de le  recruter. On ne remplace pas encore un médecin par un secouriste...

Les personnels du collège sont scandalisés par l'attitude de l'administration qui ne répond pas au besoin de l'établissement. En cas de problèmes graves qui pourraient survenir, elle devra rendre des comptes.

Contrairement aux propos lénifiants et mensongers du gouvernement, globalement, le système de remplacement à l'Éducation nationale connaît de grosses défaillances. (http://www.gouvernement.fr/gouvernement/le-plan-d-actions-pour-ameliorer-le-remplacement-dans-l-education-nationale).

Le collège n'a besoin ni de caméras de surveillance ni de policiers référents ni d'étudiants non formés mais seulement de personnels qualifiés et en nombre suffisant.