Violence scolaire : le Snes réclame des moyens humains

A la suite des récents actes de vio­lences commis par des élèves à l'encontre d'enseignants, l'asso­ciation SOS Education a demandé « aux pouvoirs publics de faire preuve de courage et de fermeté ». Le Snes de la Sarthe, réagit à ces propos. S'il admet « un problème de violence dans nos établissements », il souhaite que l'on s'interroge « sur les causes réelles de cette violence ». Pour le syndicat enseignant, il « est en grande partie le fruit de choix ultralibéraux qui mal­mènent l'ensemble de la société [...] Et tant que l'on ne réglera pas politi­quement cette violence sociale, on ne réglera pas sérieusement celle qui nous empoisonne au quotidien » .
Derrière les revendications de SOS Education, le Snes 72 craint de voir « une panoplie strictement sécuritaire : caméra de vidéosurveillance, portillon de détection des métaux, policier réfé­rent... ». Pour le syndicat, « une po­litique vraiment soucieuse d'améliorer les choses commencerait par remettre dans les établissements tous les adul­tes qui en ont été retirés depuis 2002, avant de s'attaquer à la réduction des inégalités sociales qui en devenant de plus en plus criantes mettent aussi la société sous tension ».

Le Maine Libre - Edition du 05 avril 2010