Rennes : Proviseurs et principaux dénoncent les suppressions de postes

L'ensemble des syndicats de proviseurs et principaux de l'académie de Rennes ont dénoncé lundi la baisse des moyens envisagée pour la rentrée prochaine, regrettant de devoir accueillir plus d'élèves avec moins d'enseignants.

"Pour la première fois dans cette académie, une augmentation importante d'effectifs du second degré, 2.300 élèves, s'accompagne d'un retrait très significatif d'emplois d'enseignants (39 emplois)", soulignent ces personnels de direction dans un communiqué, à l'issue d'une rencontre avec la presse.

"La suppression de 20 postes administratifs dans les rectorats et inspections académiques accentue un transfert de charge vers les établissements sur leurs équipes de direction et les secrétariats", ajoute-t-on de même source.

"On ne se satisfait pas de cette situation inédite totalement inacceptable qui va nuire à la mise en oeuvre des réformes en cours dont celle des lycées pour les classes de 1ère", a indiqué à l'AFP Jean Desmares, principal du collège Germaine Tillion à La Mézière, près de Rennes.

Les personnels de direction, à l'appel des syndicats SNPDEN-UNSA, SNUPDEN-FSU, SGEN-CFDT, ID-FAEN et CGT, soulignent que la gestion des moyens "désespère de plus en plus d'usagers invités à chercher dans la mise en concurrence des établissements une issue pour la réussite de leurs enfants".

Ils dénoncent également "des choix budgétaires contraires à l'intérêt du service public et des jeunes" dont "le transfert de 4 millions d'euros de l'enseignement public à l'enseignement privé pour nous inacceptable".


L'Humanité.fr, le 17 janvier 2011