Collèges : les inquiétudes du Snes pour la rentrée 2011

Le syndicat Snes-FSU décline plu­sieurs inquiétudes pour la rentrée prochaine dans le second degré. A commencer par l'annonce faite la semaine dernière d'une direc­tion unique pour deux collèges des quartiers sud du Mans.
 
DIRECTION  UNIQUE

L'annonce d'une direction unique (pour la seule année 2011-2012) sur les collèges du Ronceray et des Sour­ces, ne réjouit pas le Snes-FSU. «On va retirer des moyens de fonctionnement aux Sources »„ estiment Ivan Gache et Lionel. Quesne, en constatent que le principal des Sources ne sera plus à 100 sur cet établissement.

Ce constat, conjugué au fait que plusieurs familles demandent à quitter des établissements du sec­teur, font craindre le pire au syn­dicat. «N'est-ce pas une manœuvre pour faire fermer un établissement dans quelques années ? Interrogé hier soir sur cette question, l'ins­pecteur d'académie conteste cette option et indique qu'à force de parler de cette fermeture, les gens qui en parlent vont finir par avoir raison. Le syndicat et des enseignants des deux collèges envisagent cependant une action, la semaine prochaine, pour protester contre l'option prise d'une direction commune.

CLASSE RELAIS

A la rentrée prochaine, la classe relais qui accueille les élèves dé­crocheurs au collège du Maroc, au Mans, n'existera plus.
Le dispositif sera éclaté sur six éta­blissements sarthois. Un système qui ne convient pas au Snes parce qu'ainsi « 51 collèges ne pourront plus bénéficier de ce système », le recrute­ment de ce dispositif ne se faisant que sur des secteurs des six collèges concernés.

AMBITION REUSSITE

Les trois collèges ambitions réussite sarthois (Ronceray, Val-d'Huisne et Alain-Fournier) vont devenir des établissements Eclairs. Un nouveau nom pour un nouveau mode de fonction­nement jugé comme « un cheval de Troie de la déréglementation » par le syndicat qui constate qu'il « introduit un bouleversement radical dans le recrutement qui est désormais entière­ment confié aux chefs d'établissements mués pour l'occasion en DRH ».


Le Maine Libre - Edition du 13 avril 2011