Communiqué de presse commun de la FCPE et de la section SNES du lycée Malraux d'Allonnes

La rentrée 2011 au lycée Malraux : un mécontentement partagé par les profs et les parents

 

Une réforme des lycées....pour supprimer des postes!

Initiée en seconde, la réforme du lycée se met en place en première, avec la possibilité désormais de regrouper les élèves, quelle que soit leur série, pour les matières du tronc commun. En effet, les enseignements de français, d'histoire-géographie et de langues, deviennent identiques, quelle que soit la série; seuls les enseignements spécifiques obligatoires et optionnels permettent de distinguer les séries. Le Rectorat en profite pour économiser des moyens d'enseignement et ne pas remplacer un départ à la retraite sur 2. Par ailleurs, l'histoire géographie sera désormais évaluée au baccalauréat S en épreuve anticipée de première.

 

Des effectifs en hausse:

Le lycée Malraux voit ses effectifs augmenter très nettement: 719 élèves en 2009, 757 en 2010, et 789 en 2011... SANS CREATION DE POSTES ! Les secondes sont lourdes, majoritairement 32 élèves par classe. Et cela affecte les divisions de première, en particulier la série S avec cette année 73 élèves répartis sur deux classes, soit une à 34 et l'autre à 39.

 

La situation pour les élèves de 1ère S est donc particulièrement critique, et risque de nuire à leur réussite. En espagnol, français et histoire-géographie, 7 élèves de S sont regroupés avec des élèves de ES. Pourtant l'épreuve d'histoire-géographie du baccalauréat a lieu désormais en fin de première pour les S et en terminale pour les ES.

Par ailleurs, les élèves de 1ère L sont avec les élèves de ES pour leurs cours de mathématiques.

Nous avons alerté le Rectorat sur ces aberrations pédagogiques dès le mois de juin, nous n'avons obtenu aucune réponse!

 

Pourquoi voulons-nous préserver des séries bien distinctes et des groupes classe?

Nous pensons que le maintien du groupe classe est un facteur de réussite pour les élèves. Il donne des repères et une identité aux jeunes et facilite la socialisation. Cela permet de mieux coordonner les pratiques pédagogiques de l'équipe enseignante et améliore le suivi individualisé de l'élève.

Le lycée obtient d'excellents résultats au baccalauréat, les effectifs modérés par classe, tant en seconde, qu'en première et terminale que nous avons connus ces dernières années, n'y sont pas étrangers.

 

Nous demandons, par conséquent, que des moyens supplémentaires d'enseignement soient attribués en mathématiques ainsi que dans les trois disciplines (espagnol, histoire-géographie et français) afin d'assurer le maintien pour chaque élève de l'appartenance au groupe classe. Nous savons que la situation est tendue dans l'Académie, mais notre demande est particulièrement ferme.

Ce qu'il faut, c'est l'ouverture d'une troisième première S, immédiatement, sans remettre en question l'existence des deux premières ES et de la première L.