Journée d'action au lycée polyvalent Estournelles-de-Constant

Lundi matin, les professeurs ont symboliquement bloqué le rond-point de Bouchevereau pour protester contre les suppressions de postes à la rentrée 2012. Ils ont distribué des tracts d'information au passant lors de leurs actions.

photo1fleche

Lycée : « Non aux suppressions de postes ! »

Lundi, une soixantaine de profs du pôle général et technologique du lycée polyvalent Estournelles-de-Constant ont organisé une journée « lycée mort » : blocages de rond-point, chaîne humaine...
La rentrée scolaire 2012 s'annonce déjà tendue au lycée polyvalent Estournelles-de-Constant. Surtout au pôle général et technologique : 101 heures enseignées en moins, malgré une prévision de neuf élèves en plus (909 en tout), la suppression de six postes d'enseignants (anglais, allemand, physique appliquée, lettres, économie-gestion, électrotechnique) et puis celle d'un poste de CPE (conseiller principal d'éducation) dans le cadre d'un redéploiement des postes de CPE dans l'académie...
Et pas grand espoir que ces mesures, prévues par le rectorat, refusées à deux reprises par le conseil d'administration (1), soient modifiées ou renégociées (2). Alors, pour protester, les profs du pôle général et technologique ont organisé une journée « lycée mort », hier.
Le message a été donné aux parents vendredi. Il est bien passé. Seule une trentaine de leurs 950 élèves sont venus au lycée hier matin. « On soutient nos enseignants. On pense à eux et aux futurs secondes qui seront 35 ou 40 par classes à la rentrée », explique un petit groupe.
« On aura plus d'élèves dans les classes et moins de moyens. Les dédoublements seront difficiles à mettre en place. L'accompagnement personnalisé sera impossible dans certaines matières. On a besoin de plus d'encadrement, pas de suppressions de postes ! On réaffirme notre opposition à la dotation globale horaire imposée par le rectorat, insiste Thierry Mauny, du Snes. Le lycée est victime de la politique du rectorat : enlever des moyens aux lycées ruraux pour en donner plus aux lycées de ville. »
Une soixantaine de professeurs (sur 96) ont participé aux actions « lycée mort ». Tous vêtus de noir. Ils se sont rassemblés devant le lycée, tôt le matin. À 10 h, ils ont symboliquement bloqué le rond-point de Bouchevereau durant 10 mn. À 13 h 30, ils ont formé une chaîne humaine au rond-point de la rue des Eturcies. Et à 18 h, chanté leur désarroi place Henri-IV.

photo2fleche

photo3fleche
Et maintenant ? « Nous ferons une action ponctuelle, le 26 mars, à l'occasion du comité technique paritaire de l'académie. »
(1) Réunion de la direction, des parents d'élèves, professeurs, élus municipaux... Le CA s'est réuni le 28 février et le 8 mars derniers. Les propositions ont évolué entre-temps.
(2) Les prévisions pour les élèves de seconde oscillant entre huit et neuf classes, des dotations horaires pourraient être revues.

Ouest-France du 20/03/2012 Edition : Sarthe Sud - Rubriques : La Flèche Ville