PARCOURSUP : Déclaration intersyndicale des enseignants du lycée Yourcenar

Voici un texte dont vous pouvez vous inspirer pour prendre la parole au cours des conseils de classe de terminales du 2e trimestre.

Il est effet nécessaire de dénoncer un certain nombre de contre-vérités, de réaffirmer notre attachement à la participation de personnels compétents (psy-En) dans le processus d'orientation et par conséquent d'inviter les collègues à la plus grande des prudences en ce qui concerne les avis qu'ils auront à émettre.

Le ministère de l’éducation nationale met en oeuvre dans la précipitation la procédure Parcoursup remplaçant l’ancienne procédure APB. Cette nouvelle procédure n’est que la première étape d’une réforme qui n’a pas été votée et qui menace de bouleverser gravement le lycée.

Nous aurons pour la première fois à émettre des avis, favorables ou défavorables, pour les voeux en filière universitaire. Nous considérons qu’il s’agit là d’une sélection qui ne dit pas son nom et constitue une violence de plus infligée aux mêmes élèves et aux mêmes familles qui ne possèdent pas toujours les connaissances et les codes pour y faire face.

Nous considérons également que les problèmes d’affectation dans le supérieur ayant servi à justifier la nouvelle procédure n’ont été que la conséquence directe d’une politique refusant de donner à l’université les moyens nécessaires à l’accueil des étudiants, et que les taux d’échec en L1 avancés pour justifier cette sélection sont biaisés, ne tiennent pas compte notamment des réorientations et passent sous silence le taux final d’obtention, tous bacheliers confondus, d’un diplôme de niveau bac +2 (73%) ou d’une L3 (67%).

En conséquence, nous maintenons que l’entrée à l’université dans la filière de son choix doit rester un droit pour tous les étudiants.

Nous refusons de préjuger de l’avenir de nos élèves, affirmons pour eux un droit à l’erreur, à l’hésitation et à la réorientation. Et si, en tant qu’enseignants, nous sommes amenés à les conseiller dans leur choix d’études, sans bien sûr nous substituer aux psychologues de l’éducation nationale, nous refusons que ces conseils servent de fondement à une sélection.

Nous appelons donc l’ensemble des collègues à émettre un avis favorable pour tous les voeux d’orientation à l’université (filières anciennement non sélectives).