Profession smicardisée, méprisée, étouffée par l'administratif : quand enseigner fait fuir les professeurs

En 2020, le nombre d’inscrits aux différents concours enseignants chute, confirmant un phénomène qui n’en est pas à ses débuts : le métier de professeur n’attire plus. Et il fait même fuir certains titulaires, le nombre de démissionnaires étant en constante augmentation depuis plusieurs années.

La machine est enrayée et ce mouvement de chute intégré. C’est peu de le dire : le métier de professeur n’a plus la cote. En 2020, dans le premier degré, le concours de recrutement de professeurs des écoles (CRPE) enregistre une baisse des inscrits d’un peu plus de 3%. Dans le second degré, la chute est encore plus spectaculaire : -8% pour le certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du second degré (Capes) et… -40% pour le Certificat d'aptitude au professorat de lycée professionnel (Caplp). Des chiffres qui s’expliquent : dévalorisation de la fonction, paupérisation de la profession, charge de travail administratif trop importante, pression de la hiérarchie, solitude face aux parents tout-puissants… Autant de travers que les jeunes générations veulent s’éviter. Conséquence directe : les personnes recrutées pour faire classe ne sont pas forcément les meilleures. Alors, le niveau des professeurs baisse, inéluctablement. Aux élèves d’en payer le prix.

Lire la suite

Marianne - Publié le 20/01/2020