AESH : Sortir du scandale de la précarité

-11 h toutes et tous, AESH et tou-tes les personnel-les des structures scolaires, devant la DSDEN pour un temps de partage, d’information et de construction. Présence artistique (occupant-e-s des Quinconces) probable en soutien. Prévoir Pique-nique.
-14h rassemblement puis manifestation

« Malgré la promesse faite il y a un an d’engager un chantier sur le temps de travail et la rémunération, les AESH continuent de subir des temps de travail incomplets, pour 24 heures de travail hebdomadaires, soit 60% en moyenne, pour un salaire net de 760 euros par mois. Donc en-deçà du seuil de pauvreté ! », dénoncent la FSU, la CGT éduc’action, FO, le SNALC, le SNCL-FAEN et SUD éducation (voir appel).

Nous, SNES-FSU, soulignons aussi la dégradation des conditions de travail depuis la mise en place des PIAL (Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés). Alors que dans leur version d’essai, ces derniers étaient organisés autour d’un collège/lycée et du bassin des écoles primaires/maternelles, permettant ainsi une réelle coordination et autonomie entre les directeur.trices et les principaux.ales ou proviseur.es aujourd’hui un PIAL est organisé … et bien on ne sait pas comment. Et là où l’incompréhension est encore plus grande c’est lorsque les AESH sont nommé.es non pas par le directeur.trice du PIAL mais par le rectorat (sans concertation et sans savoir réellement la faisabilité de la nomination). Pour être concret, une AESH passe d’un emploi du temps divisé entre 1 école primaire et 1 collège et 15 jours plus tard : 3 écoles primaires et 1 collège sans respect des besoins des élèves, des frais de route, de l’épuisement, …

Pour toutes ses raisons (et d’autres) nous appelons à la grève le 8 avril. La dernière mobilisation remonte au 11 février étant un vrai succès, nous espérons à nouveau vous retrouver nombreux.ses dans la rue afin de faire évoluer la situation de personnel toujours plus indispensable dans nos classes.
(Petit rappel : 110 000 AESH, soit 1/10 agent de l’Éducation nationale, majoritairement des femmes).