Classe inversée : Un immense engouement spontané

PAUL DEVIN - Secrétaire général du SNPI-FSU

« Ce qui est révolutionnaire, c’est la diffusion virale de la classe inversée, qui se fait par les acteurs de l’éducation, sur le terrain. ». Héloïse Dufour, présidente d’Inversons la Classe, se félicite d’un enthousiasme spontané et quelques-uns de considérer l’exceptionnelle ampleur du mouvement.

Sur l’ampleur du mouvement, difficile d’avoir des éléments précis de sa réalité. Tout d’abord parce que le succès indéniable des manifestations organisées par « Inversons la classe » ne peut suffire à témoigner de la réalité de la diffusion du principe de la classe inversée. Ensuite parce que l’affirmation de « faire de la classe inversée » recouvre des pratiques très diverses dont certaines n’ont pas grand-chose à voir avec les principes énoncés.

Quant à la spontanéité de cet « engouement », elle procède à la fois des grandes habiletés communicationnelles des promoteurs de la classe inversée, de la prédisposition actuelle des journalistes à juger positivement tout ce qui pourrait être de nature à faire bouger le « mammouth » mais aussi d’un très fort soutien institutionnel dont témoigne l’engagement de Canopé à multiplier les actions de formation sur le sujet. Au passage, notons que pour l’immense majorité d’entre elles, elles relèvent davantage du prosélytisme que d’une exigeante interrogation didactique et pédagogique.

Lire la suite